J’ai retrouvé Nicolas Hulot et me suis longuement entretenu avec lui sur les questions relatives à la transition écologique mais également à l’impact social des mesures écologiques si celles-ci sont prises rapidement à l’échelle du continent européen.

J’ai retrouvé Nicolas Hulot et me suis longuement entretenu avec lui sur les questions relatives à la transition écologique mais également à l’impact social des mesures écologiques si celles-ci sont prises rapidement à l’échelle du continent européen.

Nous avons abordé le sujet de la biodiversité, celui de la pêche durable et du tourisme maîtrisé. Autant de thèmes sensibles pour Marseille et sa région. J’ai profité de l’occasion pour interroger Nicolas Hulot sur les résultats obtenus suite à la signature du protocole de lutte contre la biopiraterie à la conférence organisée au Japon et force est de constater que rien n’est fait ou presque ! On assiste à un véritable pillage des ressources naturelles et du savoir-faire des peuples autochtones par de grandes entreprises multinationales. Le Protocole, pourtant juridiquement bien rédigé, n’a toujours pas rempli ses objectifs… Dans un monde globalisé au service de la finance, il est temps de tirer la sonnette d’alarme. Nous devons réguler l’économie pour qu’elle ne détruise pas notre capital environnemental. Nous devons agir maintenant et au plus haut niveau pour que la communauté internationale s’engage dans la mobilisation des ressources pour la protection de la biodiversité. Il faut agir tant qu’il est encore temps pour garantir un avenir à nos enfants.

De g. à dr. : Nicolat Hulot et Karim Zéribi

De g. à dr. : Jean Roatta, Député européen, Abdelilah Benkirane, Premier ministre du Maroc, et Karim Zéribi

Share This