Lors du débat parlementaire a Strasbourg célébrant les 20 ans du marché unique, j’interpelle le Commissaire européen Michel Barnier en session plénière sur plusieurs sujets :

Premièrement, sur la question du cabotage routier lequel ne figurait pas dans l’acte II du Marché Unique tel que présenté aujourd’hui par le Commissaire Barnier alors que cette question est bien prévue pour 2013.

Ensuite, je lui ai rappelé que pour toutes les réformes à venir, que ce soit dans le maritime ou le ferroviaire, l’Union européenne devra veiller à ce que le Marché Unique reste un outil au service du développement économique, de la transition écologique et de la qualité de services offertes à nos concitoyens. La défense de l’emploi dans le domaine des transports et dans les secteurs ferroviaire et maritime en particulier sera au cœur des futures batailles que je mènerai en 2013, que ce soit à Marseille ou à Bruxelles face au Commissaire pro-libéral en charge des Transports, M. Sim Kallas.

De manière plus large, je souhaite que la Commission adopte un nouveau modèle décisionnel. On ne peut pas décemment accepter d’aller plus en avant sans avoir mis en place des harmonisations sociale et fiscale effectives dans toutes futures directives. Tout le monde doit jouer avec les mêmes règles.

Je lui ai également rappelé que mon groupe sera vigilant à éviter les dérives du passé pour exiger sur chaque sujet où il sera question de libéralisation du marché un paquet social et écologique nous permettant de tendre vers une concurrence loyale, porteuse de développement et de prospérité pour notre continent.

Share This