J’ai eu l’honneur de participer à la conférence organisée par l’UFAC (l’union des universitaires algériens et franco-algériens) pour rendre hommage à ces nombreux algériens massacrés et jetés à la Seine alors qu’ils manifestaient pacifiquement contre le couvre-feu imposé par le préfet Papon. 50 ans après l’Indépendance, notre République reconnaît par un communiqué de presse du Président de la République la sanglante répression du 17 octobre 1961. Il est important de faire un travail de mémoire pour refermer les plaies et repartir sur une approche de réconciliation entre la France et l’Algérie à l’image de l’amitié franco-allemande qui a su tourner une page douloureuse de l’Histoire.

Share This